Le fils du ministre de la Justice sous contrôle judiciaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le fils du ministre de la Justice sous contrôle judiciaire

Message  Jazairi le Lun 19 Juil - 14:12

Cité dans une affaire de drogue à Oran :

Le fils du ministre de la Justice sous contrôle judiciaire


Ce qui n’était qu’une folle rumeur, qui a fait le tour de l’Oranie, a fini par se confirmer. Le fils du ministre de la Justice a été inculpé et placé sous contrôle judiciaire, apprend-on de sources proches du dossier. Il aurait été cité par un trafiquant de drogue, arrêté dans l’Oranie par les services de sécurité. Selon nos sources, le mis en cause aurait révélé que l’argent de la drogue transitait par le compte du fils du ministre de la Justice, avant d’être blanchi dans des opérations d’achat de biens immobiliers, fonciers et autres. Des révélations qui seraient à l’origine d’une vérification des comptes personnels du fils du ministre et qui contenaient des sommes extrêmement importantes. Des fonds dont le propriétaire aurait été incapable de justifier la provenance. La découverte a fait l’effet d’une bombe dans le milieu judiciaire vu le statut du mis en cause, qui a été inculpé pour, entre autres, trafic de drogue et blanchiment d’argent.


L’information s’est répandue comme une traînée de poudre dans les milieux de la justice et a suscité les plus folles rumeurs sur des liens supposés que pourrait avoir le dossier avec le père du mis en cause. Néanmoins, ce dernier aurait, selon nos sources, « donné le feu vert aux magistrats chargés de ce dossier pour aller très loin dans leurs investigations ».

Au stade actuel de l’enquête, aucune information officielle n’a été donnée et tout semble avoir été mis en place pour maintenir le black-out sur ce « dossier brûlant » qui vient d’éclabousser le ministre de la Justice, Tayeb Belaïz. Celui même qui avait été cité par Abdelmoumen Khalifa, comme étant une des personnalités qui aurait profité de ses largesses, alors qu’il était ministre chargé de la Solidarité. En effet, dans un entretien accordé à un journal étranger, paru alors que le procès relatif au détournement de fonds de la caisse principale d’El Khalifa Bank se tenait au tribunal criminel de Blida, début mars 2007, plus d’une quarantaine d’accusés ont été jugés et condamnés à des peines de prison allant de 2 à 15 ans, alors que la dizaine d’accusés absents, dont Abdelmoumen Khalifa et Abdenour Kerramane, avaient écopé de peines à perpétuité. Le nouveau dossier impliquant le fils du ministre vient encore une fois mettre ce dernier dans une situation très délicate. Saura-t-il s’en sortir sans fracas ? Une question qui reste posée tant que l’affaire est encore au stade de l’instruction.

Par Salima Tlemçani
El Watan

_________________
بلدي وإن جارت علي عزيزة
avatar
Jazairi
Admin

Masculin Nombre de messages : 261
Localisation : Fi Darna
Date d'inscription : 29/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://djazairi.exprimetoi.net/forum-dz-h1.htm

Revenir en haut Aller en bas

«Une campagne vise ma personne et les cadres de l’Etat»

Message  Jazairi le Mar 20 Juil - 23:43

Se sentant directement visé par les informations rapportées par la presse nationale, faisant état de la mise sous contrôle judiciaire de son fils pour implication dans des affaires de drogue, le ministre de la Justice, garde des Sceaux Tayeb Belaïz, a balayé «de main de maître» ces «allégations» et soutient que ces «agitations médiatiques» entrent dans le cadre d’une «campagne visant sa personne et d’autres cadres de l’Etat».

Interrogé en marge de la session plénière au Conseil de la nation, consacrée à la présentation du projet de loi modifiant et complétant le code maritime, sur la véracité des informations que le procureur général d’Oran a d’ailleurs démenties, M. Belaïz n’a pas mâché ses mots.

«La publication de ces informations s’inscrit dans le cadre d’une campagne qui vise à porter atteinte à ma personne et à celles d’autres cadres de l’Etat algérien», accuse-t-il d’emblée sans toutefois désigner nommément les auteurs de cette campagne qui, selon lui, a commencé déjà avec l’affaire Khalifa.

«Le jour où j’ai accepté de prendre en main le ministère de la Justice, je savais que je ferai l’objet de ce genre de campagne», précisera Tayeb Belaïz qui parlera de «personnes» qui veulent à tout prix l’impliquer dans des affaires de corruption. «Ces mêmes personnes ont fait circuler des informations sur ma complicité dans ce scandale (Khalifa ndlr)», tient-il à préciser non sans qualifier ce qui est rapporté à propos de son fils d’«agitations médiatiques».

Pour lui qui assure qu’«il ne peut y avoir un Etat de droit sans une véritable liberté de la presse», ces agitations sont «inacceptables ni sur le plan professionnel ni sur le plan moral» car, rassure-t-il, «si mon fils s’implique dans ce genre de trafic, c’est moi-même qui le conduirai en prison». Il rappelle et assure dans ce sens que ces informations sont erronées.

«Mon fils n’a rien à voir dans cette affaire, il s’agit d’un amalgame entre deux personnes qui portent les mêmes nom et prénom», précise-t-il, confirmant par la même le démenti du procureur d’Oran.

Pour rappel, la presse, aussi bien écrite que celle «online», a rapporté des informations faisant état tantôt de poursuites judiciaires à l’encontre du fils du ministre pour implication dans des affaires de drogue tantôt de sa mise sous contrôle judiciaire «dans le cadre de l’enquête menée depuis plusieurs mois par le DRS sur la corruption au sein de Sonatrach».

Des informations «contradictoires», qui sont à même de corroborer les affirmations du ministre mais aussi de jeter le discrédit sur leurs auteurs et de soulever des interrogations sur leur origine.

Le Temps d'Algérie

_________________
بلدي وإن جارت علي عزيزة
avatar
Jazairi
Admin

Masculin Nombre de messages : 261
Localisation : Fi Darna
Date d'inscription : 29/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://djazairi.exprimetoi.net/forum-dz-h1.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du ministre de la Justice sous contrôle judiciaire

Message  Jazairi le Mer 21 Juil - 18:47

Exigeant des excuses des parties ayant propagé l’information attentant à sa vie privée:

Belaïz accuse les cercles mafieux



Qualifiant les accusations portées contre son fils d’«inacceptables», «dénuées de tout fondement et n’ayant même pas été vérifiées», le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Tayeb Belaïz, qui s’est exprimé hier sur l’article publié par le quotidien El Watan concernant l’implication de son fils dans une affaire de trafic de drogue et de blanchiment d’argent, a estimé que l’article en question avait pour objectif de «compromettre ma réputation et porter atteinte à celle de certains cadres de l’Etat».

Dans une déclaration à la presse à l’issue d’une séance plénière du Conseil de la nation consacrée à l’examen du projet du code maritime, M. Belaïz a indiqué que l’accusation contre son fils portait «atteinte à la réputation de la famille Belaïz» et avait pour objectif de «compromettre la
réputation du père». Très affecté par les accusations qui ont été portées contre son fils, Tayeb Belaïz a assuré que l’information donnée était «tendancieuse», visant à «ternir la réputation de certains cadres de l’Etat».

Le garde des Sceaux a affirmé que lorsqu’il avait accepté d’assumer cette responsabilité, il savait qu’il allait «déranger certaines personnes détentrices de fonds et certains barons qui ne soupçonnaient pas qu’ils allaient être, un jour, traduits en justice ou incarcérés». «Lorsque j’ai livré cette bataille, je savais pertinemment que ces personnes n’allaient pas m’accueillir avec des fleurs, c’est pourquoi je me suis préparé à ce genre de campagnes», a-t-il ajouté.

En d’autres termes, le ministre accuse clairement des cercles mafieux de mener une campagne destructrice contre sa personne et de vouloir le discréditer. Revenant aux accusations portées contre son fils, le ministre fera savoir que le mis en cause dans l’affaire de drogue «n’a aucun lien de parenté avec ma famille. Beaucoup de familles sur le territoire national portent le nom Belaïz ; on en trouve à Maghnia, à Sétif et dans certaines régions frontalières avec le Maroc», a souligné le ministre, précisant que toute personne portant le nom Belaïz n’est pas forcément le fils du ministre Belaïz.

Le garde des Sceaux a indiqué qu’il ne pouvait pas, en tant que personnalité publique, empêcher que l’on porte atteinte à son statut de ministre, estimant tout de même «inacceptable que l’on tente de toucher à la vie privée de Tayeb Belaïz et d’accuser son fils d’implication dans une affaire de trafic de drogue et de blanchiment d’argent». A ce propos, le ministre a mis l’accent sur l’importance de mener une enquête en bonne et due forme, de s’assurer des informations et de ne pas dévier des objectifs «nobles» dans le seul objectif de se venger. Il a appelé, dans ce contexte, les parties ayant propagé l’information à «présenter des excuses».

© Copyright La Tribune d'Algerie

_________________
بلدي وإن جارت علي عزيزة
avatar
Jazairi
Admin

Masculin Nombre de messages : 261
Localisation : Fi Darna
Date d'inscription : 29/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://djazairi.exprimetoi.net/forum-dz-h1.htm

Revenir en haut Aller en bas

Affaire Belaïz Jr: le ridicule finira bien par tuer..de rire

Message  Jazairi le Jeu 22 Juil - 17:48

L’affaire de Belaïz Jr. tourne au ridicule, tout le monde s’étant cassé la gueule dans des tentatives mesquines de récupération que l’on veut prolifiques.

Reprenons depuis le début.


Il y a quelques jours, le blog «Algérie-Politique» dévoile déjà l’information selon laquelle le fils du ministre de la Justice «serait placé sous contrôle judiciaire à Oran pour une affaire de contrat avec Naftal ». Tout le monde médiatique l’ignore, chacun pour ses raisons*, jusqu’à ce que «El Watan» envoie sa journaliste «vedette» Salima Tlemçani fouiner dans les dédales du Parquet d’Oran. La papier tombe et est publié par «El Watan» le lundi 19 juillet 2010. Panique en la demeure. L’information se propage telle une traînée de poudre sur le Net.

Ceux qui, quelques jours auparavant, avaient boudé les révélations du blog «Algérie-Politique» se retrouvent dépassés par les événements et cherchent à rattraper ce «ratage» qui n’en est pas un. La gravité des détails rapportés par «El Watan» engagent tout de suite les relais du Sérail, ou plutôt d’un de ses clans.


En premier lieu, on aura eu droit à une tentative de sauvetage de l’honneur de toute la famille Belaïz en rapportant que le fils était en fait impliqué dans un scandale financier dans le sillage des affaires concernant la Sonatrach. Peut-être que dans la perception de ces gens, il était moins scandaleux pour un Garde des Sceaux de voir son fils tomber comme «affairiste» que comme «narcotrafiquant»?!

La réaction finit pas se radicaliser et le procureur général d’Oran réagit avec une rapidité étonnante, «démentant» l’implication, «de près ou de loin», du fils du ministre de la Justice dans une quelconque affaire ou enquête. Un communiqué est rédigé et adressé à toutes les rédactions du pays. On appelle ça une attaque préventive, au cas où il y aurait des aventureux insoucieux qui voudraient relayer l’information publier la veille par «El Watan».

Le lendemain, c’est-à-dire mardi 20 juillet 2010, on aura eu droit à une surmédiatisation d’une affaire judiciaire mais dans le sens contraire, c’est-à-dire celui du poil et du démenti. Tous les journaux algériens se sont soudains transformés en des canaux de désaveu alors que la règle de base du journalisme veut qu’on n’utilise jamais des phrases à la forme négative.

Toute la corporation vole au secours du fils Belaïz comme elle l’avait si bien fait pour le fils Ataïlia. Personne n’a pris la peine de mentionner que le procureur général d’Oran prenait tous les Algériens pour des imbéciles en leur disant qu’il s’agissait d’un cas d’«homonyme», c’est-à-dire un gars impliqué dans une affaire de drogue qui porte le même nom que le fils du ministre de la Justice, Belaïz, le même prénom, Djamel, et qui né dans la même ville que lui, mais qui n’est pas lui. C’est un synonyme ça ! Pendant ce temps, le principal concerné n’a pas jugé utile de réagir ne serait-ce qu’au moyen d’un communiqué.

Pourquoi le fraierait-il, puisque tant d’autres sont là pour le faire…

Drôle de pays!

Khalil Mehdi
algerie-focus.com

_________________
بلدي وإن جارت علي عزيزة
avatar
Jazairi
Admin

Masculin Nombre de messages : 261
Localisation : Fi Darna
Date d'inscription : 29/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://djazairi.exprimetoi.net/forum-dz-h1.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le fils du ministre de la Justice sous contrôle judiciaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum